Malaisie

J19 – Promotion canopée

Canopy walkway Taman Negara

Taman Negara est considérée comme l’une des plus anciennes forêts tropicales du monde. L’attraction principale du parc, c’est le Canopy Walkway. Un pont suspendu à quarante mètres du sol et le plus grand du monde. Il permet d’observer la faune et la flore de plus près et d’apercevoir des espèces qui nous seraient invisibles d’en bas. Le problème c’est que cela balance pas mal une fois perché là haut. Et moi, avec mon vertige, j’avais surtout les yeux rivés sur le walkway mais pas trop sur la canopy. Alors j’ai surtout vu mes pieds et pas trop de primates en train de batifoler dans les cimes.

Slow, Relax and smile

Une petite marche nocturne pour découvrir les animaux noctambules du parc. En voilà une riche idée.

Notre guide malaisien s’appelle Andy. Alors que j’ai à peine aligné trois mots,  il m’accueille en cantonnant « Andy, dis-moi oui », des Rita Mitsouko. Apparemment sa mère était fan du groupe.

Andy nous précise que ce soir pendant la marche il faudra être ro-man-tique. On se regarde dubitatif. C’est à dire marcher tranquillement. Slow,relax and smile, voilà la devise d’Andy. Smile, very important to me, nous dit-il. Et nous voilà partis à la recherche de la faune nocturne avec le guide le plus souriant que je connaisse.

En plus d’être très sympathique, Andy est extrêmement efficace. Il voit des bestioles partout. Il balaye sa lampe torche dans l’obscurité avec des mouvements en forme de huit. Et hop un oiseau qui dort par ici, une araignée qui chasse par là. Des minuscules serpents suspendus aux branches. Rien ne lui échappe à Andy. 

Et il nous réserve le meilleur pour la fin le filou. Un scorpion impérial. Rien que ça. Andy le déniche de sa tanière en tapotant le sol avec une petite branche pour imiter les vibrations des insectes. Le scorpion complètement aveugle se laisse berner et sort de son trou. Éclairée par la lumière ultra-violette d’Andy, la peau du scorpion devient phosphorescente. Effet garanti en pleine nuit.

Welcome to the jungle

Je passe quand même aux choses sérieuses. Je ne suis pas venu là pour me balancer sur un pont et observer des insectes endormis. Non, je suis venu là pour crapahuter dans une forêt chaude et humide. Et là, j’ai été servi. Les treks ne sont pas si difficiles que ça et plutôt sympathiques. Pas mal d’obstacles à franchir, troncs d’arbres couchés, ruisseaux, rien d’insurmontable.  Mais les conditions climatiques ajoutent une pointe de saveur. On fatigue vite. Je n’ai jamais autant sué de toute ma vie. Dès que je m’hydrate, j’ai l’impression que tout ressort immédiatement par les pores de ma peau. Je bois à fond perdu.

Alors pour se détendre un peu, rien de mieux qu’une balade sur la rivière Tembeling. Notre frêle esquif fend l’eau avec dextérité sur les flots peu profond et capricieux de la rivière. Le pilote est très attentif. C’est un art délicat de naviguer ici.  On s’arrête à Lata Berkoh pour une baignade revigorante dans les bassins naturels formés par la cascade. Un peu de fraîcheur au coeur de cette jungle moite.

Vous aimerez aussi peut-être

2 Commentaires

  • Répondre
    Monique
    24 juillet 2017 à 8:25

    Tout cela m’impressionne beaucoup mais tu a l’air de beaucoup apprécier,
    c’est le principal.

    • Répondre
      Jamais sans mes tongs
      25 juillet 2017 à 4:41

      Chère Monique,
      En effet, j’apprécie beaucoup !
      Mais rassurez-vous, j’en rajoute aussi beaucoup

Laisser votre commentaire ici