Thaïlande

J-113 Six nights in Bangkok

Funérailles grandioses

Avec un sens du timing inégalé, mon séjour à Bangkok correspond à la dernière semaine de la période de deuil pour le roi Bhumibol (aussi connu sous son nom de règne comme Rama IX) décédé l’année dernière. Oui, il y a eu un an de deuil national déclaré.

Il faut dire que le roi était beaucoup apprécié des Thaïlandais. Il était considéré comme une figure paternelle et un symbole de stabilité dans un pays à la vie politique et démocratique assez mouvementée. Il a régné pendant soixante-dix ans, record de longévité pour un monarque. Donc la population n’a connu que lui comme monarque. Le coût total des funérailles est estimé à 80 millions d’euros. Le gouvernement thaï a vu les choses en grand. Un gigantesque crématorium a spécialement été construit pour l’événement (dix mois de travaux). Cinq jours de cérémonie funéraire sont prévus. Beaucoup d’habitants portent le deuil en se revêtant de noir (ce qui a été recommandé par le gouvernement).

Crématorium spécialement érigé pour les funérailles du roi Rama IX

Même nous, pauvres touristes, il nous est recommandé ne pas porter de couleurs trop vives. Une vieille dame dans la rue, nous a même offert, en hommage au roi, un bracelet noir avec une inscription en blanc. D’ailleurs c’était assez amusant, car nous avons demandé à plusieurs Thaïlandais de traduire ce qui était inscrit sur le bracelet et ils avaient un peu de difficulté à le faire. En gros, ça dit quelque chose du genre : en tant que fils du roi, nous devons l’aimer pour toujours.

En fin de compte, cela était assez intéressant d’être présent en cette période très particulière pour le pays. Assisté de ses propres yeux, à tous ces préparatifs grandioses, voir des portraits en noir & blanc omniprésent du roi dans la capitale, beaucoup d’habitants portant le noir (de plus en plus au fur et à mesure qu’on se rapprochait du jour des funérailles). Permets de vraiment mesurer le respect et la peine que les Thaïlandais éprouvent pour leur défunt roi. Un sentiment auquel il est difficile de s’identifier, car j’ai du mal à imaginer une personnalité politique ou publique qui engendrerait un tel comportement en France. Peut-être notre Johnny national ?  Et encore…

Le jour de la crémation, beaucoup de magasins, commerçants, services étaient fermés. Même les emblématiques 7 Eleven ont du fermer pendant l’après-midi, c’est pour dire…

Temples à gogo

Malgré cela, j’ai pu crapahuter un peu dans la capitale. Il y a deux monuments incontournables à voir à Bangkok : Wat Pho et le Grand Palace. Bon, pas de Grand Palace pour nous, il était encore fermé pour les préparatifs des funérailles. Cela sera pour une prochaine fois.

Wat Arun, Bangkok

Côté Wat Pho, Ce temple absolument immense (huit hectares, une ville dans la ville), est le siège d’un immense bouddha couché. Je savais qu’il était grand, mais qu’on pénètre dans la chapelle hébergeant la représentation, c’est la claque : 43 mètres de long et 15 mètres de haut. Le tout plaqué or, ça calme.

Très très grand Bouddha couché, Wat Pho, Bangkok

De nouveau, un petit transport local. Le train pour changer un peu. Le système tarifaire est un peu étrange. Même la SNCF n’arrive pas à la cheville. Pour la même destination, il y avait un train à 10h50 pour 460 bath et un autre train à 11h20 pour 15 bath !  Dans un réflexe économe de backpacker averti, nous choisissons bien évidemment le trajet à 15 bath. Sans chercher à comprendre en quoi réside cette énorme et absurde différence de prix.Bon c’est en troisième classe, on est un peu serré, il fait chaud et ça dure deux heures pour quatre-vingts kilomètres. Mais cela reste quasiment de l’express au regard de mes péripéties indonésiennes.

Wat Ratchaburana, Ayutthaya

On loue un vélo, ou plutôt une bicyclette pour se déplacer. Les temples étant assez espacés les uns des autres. Les vieux temples dépourvus de leur plâtre blanc d’origine se parent désormais d’une teinte rouge aujourd’hui devenus rouges. Un bouddha assis, couché, et même une tête de bouddha prisonnière des racines d’un arbre.

Tête de Bouddha prisonniers des racines de l’arbre, Ayutthaya

Tuk-tuk, one stop

La Thaïlande est surnommée le pays des sourires (Land of Smiles). Mais alors concernant les chauffeurs de tuk-tuk, ils ont dû oublier comment on souriait. Après l’Indonésie, ça fait un choc. Ici, ils sont assez agressifs, rapidement. Ils veulent vous vendre une course à un prix exorbitant, vous trimballer dans toute la ville. Négociez un prix et ils deviennent vite grincheux.

L’astuce est de demander un arrêt (one stop) avant votre destination finale. Le chauffeur se calme un peu et accepte un prix raisonnable. Il vous arrêtera alors en cours de route soit chez un tailleur ou un bijoutier. Il vous faudra alors faire semblant d’être intéressé pour acheter quelque chose. Si vous achetez le chauffeur obtient une commission. Faites durer le manège quelques minutes, demandez une carte de visite au vendeur et prétendez que vous reviendrez. Personne n’ai vraiment dupe, mais ça fonctionne plutôt bien. Avec ce stratagème, nous sommes passés d’une course à 300 bath à 40 bath. Cela vaut bien un petit détour chez un tailleur.

Les retrouvailles avec 7 Eleven

Tous ceux qui sont allez en Thaïlande vous parleront des magasins de proximité 7 Eleven, une vraie institution ici.  Que ce soit pour les Thaïlandais où les touristes. On y trouve de tout (sauf des cartes postales). Et des 7 Eleven, il y en a partout. Il suffit de lever la tête dans une rue pour apercevoir l’enseigne. Et ils sont ouverts 24/24. Donc très, pratique, vous savez que n’importe où et à tout moment vous pouvez acheter quelque chose qui vous manquerait.

Le désarroi est immense quand, dans certaines villes plus modestes, il faut marcher longuement pour dénicher la boutique magique. Dans les grandes villes, comme Bangkok, il y a même des magasins rapprochés seulement d’une dizaine de mètres dans une même rue et parfois, deux boutiques se retrouvent simplement face à face.

C’est toujours agréable de retrouver un repère quand vous voyagez. J’ai remarqué que nous avons tous nos produits préférés que nous achetons dans ces magasins. Cette année, pour ma part, je viens de découvrir un banana cake pas mauvais du tout.

Vous aimerez aussi peut-être

8 Commentaires

  • Répondre
    une boite aux lettres désespérement vide
    4 novembre 2017 à 9:31

    Et ils vendent pas des cartes postales des fois au 7 Eleven?

    • Répondre
      Jamais sans mes tongs
      4 novembre 2017 à 5:57

      Chère boîte aux lettres désespérément vide,
      Non malheureusement et je suis bien le premier à le regretter.
      J’ai modifié l’article en ajoutant cette correction afin de ne pas induire mes fidèles lecteurs en erreur.

  • Répondre
    Touriste asiatique
    4 novembre 2017 à 4:48

    À part les 7 eleven et tes banana cakes, tu manges quoi? Get ready, j’arrive dans 30 jours !!!!! On va manger des trucs insolites !

    • Répondre
      La valise de la touriste asiatique
      4 novembre 2017 à 5:03

      Oulala ! Faut savoir que la touriste asiatique, elle pense qu’à bouffer ! Donc là oui, tu vas manger des trucs insolites.
      Mais faut aussi savoir qu’il te faudra lui trouver du stick a levre, une brosse a dent, du dentifrice et une serviette de bain, car elle les oublies tout le temps quand elle part en voyage !
      😉

    • Répondre
      Jamais sans mes tongs
      4 novembre 2017 à 6:00

      Chère touriste asiatique,
      Rassurez-vous je mange de tout. J’ai déjà testé les délicates saveurs du chien, de la chauve-souris et du criquet.
      Bon appétit !

  • Répondre
    Pap et Mam
    4 novembre 2017 à 6:45

    Encore une description magnifique de ton séjour à Bangkok. Continue.

Laisser votre commentaire ici